Bannière Nom de l'unité Auteurs UQAM

Parutions des Auteurs UQAM

L'acte littéraire à l'ère de la posthistoire

L'acte littéraire à l'ère de la posthistoire

Sous la direction de :
Ouellet, Pierre
En collaboration avec :
Philippe Daros
Alexandre Prstojecvic
Pierluigi Pellini
Éditeur : Presses de l'Université Laval
Collection : InterCultures
Classée dans : 2017 | Arts | Essai

lacte litteraire a lere de la posthistoire PETITLa littérature des dernières décennies, après les engagements politiques qui ont été les siens au cours du XXe siècle, a donné lieu à un scepticisme plus ou moins radical, pouvant confiner au cynisme et au nihilisme. Ce qui a entraîné deux attitudes fondamentales de la part des écrivains : d’abord le repli sur soi, où la vie intime prend le relais de l’engagement social, au profit d’une activité autofictionnelle qui gravite dans la sphère du privé, puis l’usage documenta- riste ou archivistique de la littérature, suivant lequel la fiction se met au service des faits, non plus des idéologies ou des utopies, en témoignant des problèmes sociaux à travers des cas particuliers, qu’on documente de façon empirique, à la manière du journalisme, de l’historiographie ou des sciences humaines.

Le présent ouvrage vise à caractériser le type d’"efficacité symbolique" propre à la littérature actuelle, entre le repli esthétique dans l’œuvre et le rejet éthique de l’œuvr e . L ’hypothèse de fond est que la littérature ne relève pas d’une simple action sociale ni d’un pur activisme politique et encore moins d’un acte privé, isolé, autotélique ou autosuffisant, mais d’une force et d’une forme symboliques essentielles au fonctionnement de nos sociétés, comme peuvent l’être les mythes et les rites dans les cultures dites " tradition- nelles". C’est le phénomène même de la littérature, bien plus que telle ou telle œuvre plus ou moins "impliquée" dans son temps, qui doit être interrogé en profondeur, dans sa nature, ses enjeux et sa portée, pour qu’on puisse mieux comprendre le rôle "fondateur" qui est le sien à l’époque de la post-historicité et de la post-humanité, où l’on revient sur la définition même de l’Homme et de l’Histoire comme sur celle de l’Art ou de l’Acte littéraire en tant qu’Ars au sens originaire de "manière d’être ou de vivre".